Passa ai contenuti principali

Heidelberg, l'université la plus ancienne de l'Allemagne



Quand je suis arrivée à Heidelberg, je savais que cette ville était (et est aussi aujourd'hui) connue pour son université. C'est l'université la plus ancienne de l'Allemagne et l’une des plus prestigieuses aussi. Étudier à Heidelberg est un point en plus sur le CV. En effet beaucoup d'étudiants étrangers, en particulier américains et japonais, vivent leur expérience universitaire ici. Donc, c'est évident combien cette institution est important. Vue son importance, il y a la possibilité de la visiter et elle a aussi un muséum sur son histoire à l'intérieur et, évidemment, je n'ai pas laissé échapper cette occasion.

Universitaet Platz


On rejoint l'université, qui a été inaugurée en 1386 (j'ai dit  qu'elle est la plus ancienne), en passant par le centre piétonne et en arrivant à Universität Platz. En étant un lieu très central, on peut souvent trouver des bancs ou des petits tables pour des foires. Au centre de la place trône le lion sur la fontaine, qui semble avoir perdue le regard fier et sévère qui le caractérisait et intimidait les étudiants.  Le bâtiment en style Baroque derrière le lion est l'Alte Universität, ou Vielle Université, et il est le bâtiment qu'on peut visiter.  Là il y a quatre choses à voir absolument:

# Aula Magna


En montant sur le grand escalier qu'on trouve à gauche, on arrive à l'Aula Magna, un bijou où les couleurs or et rouge font la loi. Si on a du bonheur, on peut aussi trouver un guide avec un groupe de touristes, auquel on peut voler quelques information et curiosités sur l'université.  Le plafond m'a laissé enchantée avec les peintures des quatre facultés originelles de l'université: théologie, droit, médecine et philosophie.  C'est inutile de dire que dans le passé on aurait vu seulement un auditorium exclusivement masculin. Oui, les femmes n'étaient pas admises à l'université.

# Muséum de l'Université

Revenant au rez-de-chaussé on peut visiter le muséum. Outre à l'histoire de l'université on trouve aussi les prototypes des inventions faites, en particulier dans le champs médical et technologique.   C'est évident l'attention particulière des Allemands pour les  matières scientifiques et techniques au détriment, si je peux, de celles humanistes, au moins ici dans le Baden-Wüttemberg. 

# Karzer (la prison des étudiants)

                               
Mais les pièces que je voulais absolument voir étaient celles du Karzer, la prison des étudiants. Pour y aller on doit sortir du bâtiment de l'université et tourner autour de lui. L'entrée est exactement à l'autre côté du bâtiment. Bon, ne vous effrayez pas à l'idée d'une prison pour ceux pauvres délaisses qui non seulement devaient s'esquinter à étudier sur les livres, mais aussi risquer la prison.  En réalité il s'agissait d'une institution pour punir les étudiants qui se laisser aller un peu trop en affaires goliardiques, compris la résistance à officiers publics (punie avec quatre semaines de détention).  Sur la base du "délit" la durée de la détention changeait. Elle consistait en pain et eau pour les premiers deux jours, en suite les détenus pouvaient sortir du Karzer pour suivre les courses, ils pouvaient recevoir les déjeuners du dehors et rencontrer les autre détenus.  Donc, il ne semble pas quelque chose de si terrible. En effet les étudiants mêmes considéraient l'expérience au violon une étape fondamentale des études et de la vie universitaire.  La particularité de ce lieu?  Les murs. Ils sont complètement décorés avec les "œuvres d'art" des étudiants, qui se représentaient sur les murs en forme de silhouettes de profil. La chose était si goliardique qu'ils avaient appelé certaines "cellules" avec les noms de "Grand Hotel" et "Sanssouci". Si on est ou a été des étudiants universitaires, cette étape est obligée, parce qu'on peut comprendre complètement l'esprit qui flotte dans ces pièces.


Une "cellule"
Oui, c'est exactement ce que vous pensez :)




















# La Bibliothèque universitaire


Peu lointain de Universität Platz  il y a la bibliothèque, le symbole de l'université de Heidelberg.   Elle est plus récente de la Vieille Université, mais il veut la peine de la voir non seulement pour sa beauté extérieur mais aussi intérieur.  Dans le corridors, outre aux manuscrits de inestimable valoir, on trouve aussi une exposition sur les matériaux et les techniques employées pour leur réalisation.

En se promenant dans les corridors


























Le prix de la visite est dérisoire. En achetant le billet au Karzer on peut visiter tous les pièces, en payant seulement 3 euros.  La visite de la Bibliothèque, au contraire, est complètement gratuite.  

   

Commenti

Post popolari in questo blog

Impression de Sicile: Palerme

Versione italianaEnglish version
À différence de tous les autres voyages que j'ai fait, soigneusement pensés et organisés en avance, celui-là à Palerme a été tout à fait inattendu.  Bon, on m'a proposé d'y aller deux semaines avant du véritable départ, mais alors je ne savais pas encore si j'aurais pu y aller. La certitude est arrivée une semaine après, 7 jours avant de partir. Quelqu'un pourrait me dire: "Une semaine est plus que sufficent pour s'organiser". Sans doute. Mais une semaine n'a été pas assez pour me préparer à ce que j'aurais rencontré.

Perché festeggiamo Natale il 25 dicembre?

“Ti sei mai chiesta come mai il Natale si festeggia proprio il 25 dicembre?”

Quasi tutti gli anni. Col tempo, con lo studio ho potuto notare come molte, se non tutte, delle feste che celebriamo hanno un’origine lontana, spesso più di quel che si pensi. L’ho notato soprattutto con le feste religiose.  Pensa al giorni d’Ognissanti: è stata sovrapposta a una festa pagana. Anche il Natale è nato così.

Nel Sud di Carlo Levi. Una giornata ad Aliano, tra le case e i calanchi di "Cristo si è fermato ad Eboli"

L’auto corre veloce lungo la statale 598. Per un lungo tratto il nastro d’asfalto costeggia l’Agri, uno dei maggiori corsi d’acqua della Lucania, che dall’entroterra scivola lento fino alle fertili coste dello Jonio. Ma in questo periodo dell’anno, dopo l’arsura dei mesi estivi, è ridotto a poco più di un rigagnolo pietroso. Il Pollino è solo a pochi chilometri, verso sud. Eppure i suoi boschi e la sua frescura non sono che un miraggio, qui. Siamo nel cuore riarso della Basilicata, nel deserto argilloso dei calanchi. Con una curva a gomito la strada comincia la sua salita verso Aliano. Tutt’intorno il paesaggio si increspa, come un mare pietrificato. I calanchi sono fenditure scavate dalle piogge sul terreno friabile e privo di vegetazione. Si susseguono e si ramificano, creano grappoli di terra gialla, alti poche decine di metri, spaccati in gole e burroni, sui quali è impossibile arrampicarsi. Per raggiungere il paese c’è da passare un ponte. Intorno solo il vuoto del precipizio. …