Passa ai contenuti principali

Les salles de pressurage de Pietragalla



“Oh, regarde ces mignonnes! Elles semblent les maisons des Hobbits!”  Voilà ce que j’ai pensé quand, en parcourant les virages de la route nationale 169, nous sommes arrivés à Pietragalla et nous avons vu défiler devant nos yeux des petits bâtiments qui faisaient penser à la Comté sortie du stylo de Tolkien. « Papa, arrête la voiture ! » C’était impensable de laisser ce lieu-là sans découvrir de ce qu’il s’agissait.

Sortis de la voiture nous nous sommes aventurés parmi les  petites maisons pour découvrir finalement qu’il s’agissait de toute autre chose et voilà qu’on fait la connaissance de l’existence des salles de pressurage.


Il s’agit d’un type d’architecture rurale dans laquelle on pressait le raisin et on laissait fermenter le moût. Il semble que Pietragalla est connu pour ces hypogés et seulement ici il y en a environs 200.


Se traîner parmi les salles de pressurage est en peu comme se promener dans un petit labyrinthe, où on peut se reconnecter avec cet enfant intérieur que nous tous avons et se laisser surprendre par toute choses.


Certaines d’elles ont la porte ouverte pour permettre au visiteur de voir comment elle est à l’intérieur. Elle est complètement creusée dans le rocher et elle est constituée par des bassins communiquants disposés sur différents niveaux. Il peuvent avoir deux ou quatre bassins (ensuite j’ai découvert que dans les salles de pressurage avec deux bassins on produisait le vin blanc et dans celles avec quatre bassins le vin rouge). Ce système faisait en sorte qu’on pressât le raisin pieds nus dans le bassin le plus en haut et que le moût tombât dans le bassin au dessous. Après une période de 15-20 jours de fermentation, le vin était transversé dans des tonneaux et conservé dans des grottes dans le centre historique du village. Dessus la porte d’entrée  il y a aussi une ouverture : elle servait pour faire sortir l’anhydride carbonique que se développe pendant le pressurage et la fermentation du moût.























Je me suis promenée parmi les salles de pressurage avec sécurité, les yeux et l’action d’une qui a juste découvert un trésor, satisfaite de sa décision de faire arrêter tous pour profiter de ce lieu. Malgré la route à côté on respirait un sens de paix avec la complicité de la vue sur la vallée. Peut-être c’est pour ça que personne semblait vouloir partir. Malheureusement le temps presse et notre destination nous attendait et c’était le moment de repartir.     


    

Commenti

Post popolari in questo blog

Impression de Sicile: Palerme

Versione italianaEnglish version
À différence de tous les autres voyages que j'ai fait, soigneusement pensés et organisés en avance, celui-là à Palerme a été tout à fait inattendu.  Bon, on m'a proposé d'y aller deux semaines avant du véritable départ, mais alors je ne savais pas encore si j'aurais pu y aller. La certitude est arrivée une semaine après, 7 jours avant de partir. Quelqu'un pourrait me dire: "Une semaine est plus que sufficent pour s'organiser". Sans doute. Mais une semaine n'a été pas assez pour me préparer à ce que j'aurais rencontré.

Perché festeggiamo Natale il 25 dicembre?

“Ti sei mai chiesta come mai il Natale si festeggia proprio il 25 dicembre?”

Quasi tutti gli anni. Col tempo, con lo studio ho potuto notare come molte, se non tutte, delle feste che celebriamo hanno un’origine lontana, spesso più di quel che si pensi. L’ho notato soprattutto con le feste religiose.  Pensa al giorni d’Ognissanti: è stata sovrapposta a una festa pagana. Anche il Natale è nato così.

Nel Sud di Carlo Levi. Una giornata ad Aliano, tra le case e i calanchi di "Cristo si è fermato ad Eboli"

L’auto corre veloce lungo la statale 598. Per un lungo tratto il nastro d’asfalto costeggia l’Agri, uno dei maggiori corsi d’acqua della Lucania, che dall’entroterra scivola lento fino alle fertili coste dello Jonio. Ma in questo periodo dell’anno, dopo l’arsura dei mesi estivi, è ridotto a poco più di un rigagnolo pietroso. Il Pollino è solo a pochi chilometri, verso sud. Eppure i suoi boschi e la sua frescura non sono che un miraggio, qui. Siamo nel cuore riarso della Basilicata, nel deserto argilloso dei calanchi. Con una curva a gomito la strada comincia la sua salita verso Aliano. Tutt’intorno il paesaggio si increspa, come un mare pietrificato. I calanchi sono fenditure scavate dalle piogge sul terreno friabile e privo di vegetazione. Si susseguono e si ramificano, creano grappoli di terra gialla, alti poche decine di metri, spaccati in gole e burroni, sui quali è impossibile arrampicarsi. Per raggiungere il paese c’è da passare un ponte. Intorno solo il vuoto del precipizio. …